Lipstick thérapie !

Il y a des jours comme ça, où rien ne va. Suivant une loi des séries implacable, les problèmes semblent se donner rendez-vous toujours au même moment, millimétrés parfois à l’heure ou la minute près. Face aux situations de crise, la peur prend rapidement le commandement de notre cerveau et réussit à nous paralyser tout en nous laissant patauger dans un marécage de désespoir et d’angoisse. Quand le volcan de stress est au bord de l’explosion, prêt à tout anéantir sur son passage, il existe un remède magique, quasi miraculeux, et qui tient dans la main… le rouge à lèvres!

« J’étais un jour en voiture avec une amie lorsque sans prévenir une pluie d’énormes grêlons s’est abattue. On ne voyait plus rien. On était dans un état de panique totale. Avant de faire quoi que ce soit et pour se calmer, on s’est remaquillé » se souvient en riant une amie.

Une autre amie me confie qu’elle vient de s’acheter un superbe mascara d’une marque de luxe comme ça sur un coup de tête parce qu’elle n’avait pas trop le moral.

Quand je suis préoccupée, je dégaine ma trousse à maquillage et je passe cinq minutes à me maquiller. L’instant d’après, comme par magie, apparaissent les solutions aux problèmes qui me semblaient insurmontables. Les coups de pinceaux chassent les nuages chaotiques. Les pigments des ombres à paupières révèlent de nouveaux chemins et de nouvelles options. Le rouge à lèvres recolore les idées noires. L’ordre est revenu !

 

Oui c’est vrai c’est étonnant ! Certains pourront même être sceptiques, en se demandant comment le fait de se maquiller puisse apporter paix et sérénité !

Le mot cosmétique tire pourtant son origine du mot « cosmos » qui signifie « ordre ». En se maquillant, on recrée l’harmonie à l’extérieur et à l’intérieur de soi. Beaucoup de femmes ont recours de manière intuitive au maquillage pour se faire du bien et aller mieux. Ces intuitions ont été validées par de nombreuses études scientifiques qui démontrent l’influence du maquillage sur l’état d’esprit et la réduction du stress. L’Oréal a publié en 2007 les résultats d’une étude qui a montré un lien entre le maquillage et la réduction du taux de cortisol (l’hormone secrété en réaction au stress) et l’accroissement du sentiment de bonne humeur.

Je pense que l’un des bienfaits immédiat du maquillage est qu’il nous plonge dans un état quasi-méditatif. Il faut être concentré pour se mettre du mascara, ou du crayon, et ne pas déborder ! Il n’y a pas de place pour d’autres pensées. En adoptant la gestuelle précise des peintres, le rythme du cœur se calme et le souffle se fait plus profond. Le maquillage nous ramène à l’instant présent.

L’acte de se maquiller ouvre alors une parenthèse qui permet de mettre un peu de distance avec la situation de crise que l’on était en train de vivre. Cette prise de recul est bénéfique car elle permet de retrouver son calme intérieur indispensable pour pouvoir réfléchir sereinement. Il peut arriver que l’on se sent impuissant et paralysé devant les problèmes, le fait de se maquiller est aussi une manière de se remettre en mouvement. D’agir.

 

Devant tant de bienfaits sur le bien être de l’esprit, on pourrait même s’étonner que les ombres à paupières et les tubes de rouge à lèvres ne soient pas remboursés. J’imagine un médecin qui rédige une ordonnance à une patiente un peu stressée : « Bon alors je vous prescris deux tubes de rouges Coco Chanel, l’un rose fuchsia à utiliser tous les matins avant de sortir et l’autre rouge passion pour vos négociations avec votre client ».

On pourrait aussi créer des boites de maquillage dans les transports en commun à utiliser lorsque les gens s’énervent des retards, avec l’indication « En cas de stress, casser la vitre pour vous pouponner ».

Et pourquoi pas imaginer des esthéticiennes dans les entreprises qui viendraient maquiller les employées afin de les aider à supporter la pression devant une surcharge de travail ou lors de la présentation d’un gros projet. Je suis convaincue que la productivité et la créativité en seraient améliorées !

Et vous, que faites vous quand une crise se déclenche? Est-ce que vous vous maquillez ? Quels sont les effets que cela vous procure ? Avez-vous découvert le produit idéal en réponse aux crises ?

Pour ma part, si l’effet du lipstick n’est pas assez puissant, il me reste un dernier recours… la cure de fondant au chocolat de Monsieur Eran Mayer (diaboliquement efficace mais avec des effets secondaires plus contraignants !).

 

Laisser un commentaire